Le tombeau de ST Ludre

L’illustre famille des Léocadius fut la première conquête éclatante du christianisme dans le pays Biturige. Lusor ou Ludre, fils du généreux donateur, et dont l’enfance s’était passée à Déols, reçut aussi le baptême ; mais il mourut encore vêtu de la robe blanche des néophytes. Grégoire de Tours nous apprend que son tombeau, en marbre de Paros et admirablement sculpté, placé dans la crypte de l’église de Déols, était déjà de son temps l’objet d’une grande vénération.
Saint Gervais, évêque de Paris, vint le visiter. Ses clercs, fatigués d’une nuit passée en prières, s’y étant accoudés pour dormir, le tombeau trembla, comme indigné d’une telle profanation. Saint Germain, saisi de frayeur, ordonna aux clercs endormis de se retirer en s’écriant : « Paresseux, éloignez-vous de ce tombeau de peur d’offenser le saint de Dieu » ; sur quoi les clercs se retirèrent et ne sentirent plus le tremblement.
Le bienheureux saint Ludre apparut une fois à un pauvre homme pour lui ordonner de nettoyer la petite chambre, dans laquelle on prétend qu’il avait poussé les premiers
cris de l’enfance. Mais comme, malgré deux avis semblables, le pauvre homme ne faisait pas ce qui lui était ordonné, le saint lui apparut une troisième fois et dit :
« Si tu fais ce que je te demande, tu recevras un tiers d’as (trientem) pour ton obéissance. » Se levant aussitôt, cet homme nettoya et lava la chambre, dans laquelle il répandit en outre des herbes odorisantes, puis il se tint debout, attendant l’effet de la promesse, jusqu’à ce qu’ayant vu la pièce de monnaie reluire sur le pavé, il la ramassa et se retira tout joyeux.



30/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres