Les créatures fantastiques

Les sorcières :

 Elles sont généralement vieilles, d'aspect sordide, elles marchent pieds nus,
cheveux au vent et s'appuient sur un bâton et lancent de mauvais regards en marmonnant des mots mystérieux. chez elles ont trouvent des crapauds, des chouettes, des chats noirs, des chauves-souris et des serpents.
Elles connaissent tous les secrets de la nature, les vertus des plantes et fabriquent leurs philtres avec les herbes qu'elles ramassent en prononçant des paroles mystérieuses et en faisant des signes étranges.
A minuit pour aller au sabbat, elles se couvrent le corps d'huile de noisille, de graisse de vipère et autres plantes narcotiques puis elles sortent de chez elles par le trou de la cheminée (le jour du sabbat elles n'ont pas le droit de sortir par la porte) puis se rassemblent sur le clocher d'une église. Après avoir prononcé des paroles magiques, elles sautent à cheval sur des fourches, des manches à balai, des quenouilles puis s'élancent dans les airs.

Les meneux-de-loups
:

 Ce sont des hommes savants et mystérieux qui possèdent le secret pour apprivoiser et conduire les loups.

Le lupeux
:

 C'est un démon dont la nature n'a jamais été bien définie et dont l'apparence varie selon les localités. Il réside dans la Brenne.

Les fées
:

 Appelées aussi martes, fades ou marses dans le bas-berry. Vers La Châtre on les appelle dames ou demoiselles. On les trouve surtout sur les bords de la creuse, de la Bouzanne, de l'Anglin, du Porte-feuille.

La birette
:

 Sorte de fantôme particulier au Cher, qui, la nuit, parcourt les champs, couvert d'un suaire blanc. Les balles de fusil n'ont aucun effet sur elle à moins qu'on ne les ait fait bénir par le curé de la paroisse.

La grand'bête
:

 Sorte de chienne de la grosseur d'une génisse, qui suit, sans leur faire de mal, les passants attardés.

La hure
:

 Animal hideux, qui gravi la nuit contre les murs et si laid que l'on ne peut le regarder sans mourir de peur.

Les lavandières
:

 Elles hantent certains étangs où elles sont condamnées à tordre des langes sanglants. Ce sont des mères qui ont assassiné leurs enfants. Si ceux qu'elles poursuivent refusent de tordre leur lessive, elles les assomment et leur brisent les membres à coup de battoir.

Les lupins
:

 Bêtes diaboliques de la race des garous qui s'introduisent dans les cimetières pour ronger les ossements.

La cocadrille
:

 d'après G. Sand, a la forme d'un lézard qui répand la peste dans tous les endroits où elle passe. A l'épreuve des balles, elle prend des proportions effrayantes d'une nuit à l'autre.

La levrette   :

 Elle est généralement confondue avec la grand'bête . On la dépeint comme un animal affamé qui, la nuit , tantôt sous l'apparence d'un lièvreblanc, tantôt sous la figure d'une grande chienne blanche efflanquée, rôde à mauvaise intention, autour des bergeries, effraie et disperse le bétail. On essaie souvent de la tuer avec des balles que l'on a fait bénir le jour de la Chandeleur
mais à chaque coup de fusil la levrette fait des bonds prodigieux, il semble que les balles ne servent qu'à activer son incroyable agilité. ( Laisnel de La Salle ).


Le follet :

 Espèce de démon familier qui vient panser les chevaux dans les écuries.
Il y a des chevaux qu'il aime et d'autres dont il a juré la perte. Ceux qu'il a pris en haine
maigrissent à vue d'oeil et périssent malgré les soins apportés ; les autres sont toujours
gras et luisants : le follet les soigne, les brosse. (A. Bernard 1923 )


Le casseu de bois
:

Malheur à la ramasseuse de bois qui rencontre sur son chemin,
l'homme de fer rouge ! Ravageant les arbres de la forêt, il ne permet pas que les humains
profitent de ses dégâts. ( Le pays berrichon H. Lapaire )


Les flambettes :

 Ce sont des esprits taquins et pernicieux. Dès qu'elles aperçoivent un
voyageur, elles l'entourent, le lutinent et parviennent à l'exaspérer. Elles fuient alors, l'entrainent au fond des bois et disparaissent quand elles l'ont tout à fait égaré.
( Le pays berrichon H. Lapaire )

 

Le sabbat est une assemblée générale qui réunit tous les membres d'une région. L'esbat est plus restrictif, il rassemble surtout les membres du convent.
En Ecosse, le site de l'esbat diffère de celui du sabbat, il est fixe ou non. Dès l'origine, le sabbat
semble s'être tenu dans un lieu fixe.
Les sorcières se rendent et reviennent du sabbat et de l'esbat par des moyens de locomotion divers : à pied, sur un animal, sur un balai, ...
Le sabbat, cette grande fête de l'imaginaire diabolique, se déroule la nuit et s'achève au chant du coq.
En principe les participants de l'esbat sont convoqués chaque semaine. Le sabbat est essentiellement religieux, l'esbat est moins cérémonial et l'on n'y célèbre par le service religieux.
L'activité déployée durant l'esbat est habituellement la pratique de la magie au profit d'un ami ou au détriment d'un ennemi.

Le sabbat est l'envers de la messe. il est au sorcier ce que la messe est au chrétien. Les fidèles rendent hommage au Diable. Le repas et la danse clôture toujours le sabbat, mais les agents diaboliques festoient et dansent aussi lors des esbats. Sorciers et sorcières consomment abusivement. La nourriture est disposée sur des tables

                                          

 



30/04/2007
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres