250000 morsures de chiens chaque année!!

Gravement mordue et défigurée, Maëlyne était hospitalisée depuis le 19 août à Reims. Elle est morte dans la nuit de samedi à dimanche.

En France, on estime entre 250 000 et 500 000 le nombre de morsures infligées par les animaux domestiques, dont 70 000 feraient l'objet de soins, d'opérations ou d'hospitalisations.

EN 2007, le grand pourvoyeur de blessures et de défigurations faciales est le chien mordeur. Les données vétérinaires, les centres antirabiques et les publications médicales estiment entre 250 000 et 500 000 le nombre de morsures infligées par les animaux domestiques dans notre pays

Si la plupart des morsures ne sont pas graves, quelque 70 000 feraient, chaque année, l'objet de soins, d'opérations et d'hospitalisations

 Nos voisins anglais, qui collectent eux par l'Information Center for Health and Social Care les données sur ce sujet, ont répertorié 41 333 hospitalisations en 2006 pour morsures canines, soit le double du chiffre de 1996. 22 % des patients sont des enfants de moins de 9 ans.

La revue savante The American Surgeon dès 1999 avait publié une étude montrant que les enfants de moins de cinq ans constituent le groupe le plus à risque de blessures graves de la tête et du cou, du fait de ces morsures.

Une loi rarement respectée

Certes, au Royaume-Uni, le Dangerous Dog Act (1991) et en France la loi de 1999 sur les chiens « molossoïdes » (pitbulls, rottweillers et autres races à forte mâchoire) régissent d'une part la déclaration obligatoire en mairie, l'assurance spéciale et, d'autre part, imposent le port de muselières. Mais la loi est rarement respectée : ainsi l'article L223-10 du Code rural, qui impose le suivi des chiens mordeurs, reste lettre morte.
Comme le constatent vétérinaires et chirurgiens, ce ne sont pas ces chiens d'attaque qui mordent le plus : mais de paisibles teckels, des staffordshire bull terriers, des minibull dogs (très à la mode), des bâtards et des bergers ou des labradors. Rien n'oblige les éleveurs, les propriétaires et la Société protectrice des animaux à déclarer ou inscrire les individus ou leurs propriétaires. Il faut seulement que l'animal soit tatoué, mais, en France, 3 chiens sur 4 ne le sont pas.

Tous les acteurs, vétérinaires, comportementalistes en tête, le disent : la racine du problème est liée à l'éducation des maîtres, les chiens ne sont pas responsables. Monique Bourdin (École nationale vétérinaire d'Alfort) le répète partout : « les accidents par morsures sont essentiellement liés au non-respect du mode de vie de l'espèce. Normalement, c'est la mère qui éduque les chiots pendant deux mois après la naissance. » Mais le marché canin surtout venant des pays de l'Est est sous pression, et les animaux sont séparés de leur mère trop tôt avant d'avoir appris les limites du jeu et de l'agression. « Il ne faut pas accepter d'un chien qu'il mordille, qu'il tiraille, qu'il pince. Il ne joue pas mais il cherche à se mesurer au maître dominant. »



28/08/2007
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres