La vieille qui fit sa mort elle-méme par Claude Seignolle

LA VIEILLE QUI FIT SA MORT ELLE-MEME

La mère Pinguet, de la Chaune Sauteriot, en Berry, avait le dos rond et couvert de mousse, comme les tuiles de son toit. Elle était surtout connue pour sa méchanceté. Lorsqu'elle traversait le village, appuyée sur son bâton, sa robe de cotonnade balayant la route, ses cheveux blancs voltigeant par mèches hors du bonnet, nul ne se souciait de lui adresser la parole.
Les paysans la tenaient pour sorcière. Ils racontaient, revenant des foires de la région, assez tard, la nuit, qu'ils l'avaient vue sortir maintes fois de sa demeure une lanterne allumée, balai à la main.
Sûrement à pareille heure, elle se rendait au sabbat ! A la vérité, elle allait simplement visiter ses poules dont les cris de détresse dénonçaient la présence dans leur poulailler d'une sauvagine dangereuse : belette ou putois.
Jamais personne n'entrait dans son taudis.
Les jours de mardi gras, elle s'y enfermait à double tour, depuis que les gamins de La Chaume-Sauteriot l'avaient poursuivie avec des sabres de bois en disant qu'ils allaient la couper en deux.
Un matin, tandis que la brise secouait sa porte close, la mère Pinguet, assise devant un maigre feu de brandes, grommelait :
"
- Qui qu'à me veut, c'te pie ? Enfin qui qu'à m'veut elle est peut-être ben envoyée par le mauvais esprit pour me jeter un sort."
Depuis trois jours, une pie venait chaque matin se poser sur le bord de sa fenêtre et semblait la narguer de son cri aigre et répété.
La vieille se coucha, ce soir-là, l'esprit très tourmenté. Il pouvait être minuit. Brusquement, une rafale glacée tourbillonna en sifflant dans la maison et souleva la cendre du foyer, mettant à nu deux tisons rouges.
La vieille se réveilla en sursaut. Le vent était reparti, laissant régner le silence et la nuit.
Alors la mère Pinguet perçut un bruit de pas sur les carreaux, des frôlements au pied de son lit. Suant de peur, elle enfouit sa tête dans les draps comme pour se protéger d'une chose mystérieuse dont elle se sentait vaguement menacée
Lorsqu'elle risqua le nez hors des couvertures, il lui sembla qu'autour d'elle l'air s'était épaissi, raréfié. Elle ne respirait plus.
Et voilà qu'un objet, pesant comme une pierre, mais dont elle n'aurait su dire la nature, venait de se poser sur sa poitrine, celà l'oppressait à J'étouffer.
Soudain, par la vitre givrée, le pinceau de la lune traça dans les ténèbres une grande raie bleue au milieu de laquelle apparut une chose étrange : la pie au funèbre plumage de velours noir et blanc se tenait immobile sur la poitrine de la vieille et fixait celle ci de ses prunelles de topazes ardentes.
La silhouette de l'oiseau était profilée sur le mur en ombre géante.
La mère Pinguet ne pouvait articuler un mot ni faire un mouvement.
Tout le reste de la nuit se passa ainsi.
Enfin, sur le matin, la pie disparut. La vieille l'entendit sautiller sur le carreau, descendre les marches, puis la porte restée ouverte se referma d'elle même.
"J'ai rêvé>", marmotta la vieille en se levant.
Elle alluma son feu, prépara sa soupe et sortit pour aller puiser de l'eau.
La première chose qu'elle vit, ce fut la pie qui claquetait du bec sur le bord de la fenêtre et lançait par intervalles son cri rêche et moqueur.
"
Attends un peu, bête du diable !" cria la vieille, s'armant d'un balai, "J'vas te faire venir troubler mon repos."
L'oiseau prit son vol saccadé dans le ciel qui était d'un bleu de lin fleuri.
Le soir tombant, la vieille tendit sur la fenêtre des baguettes enduites de glu, barricada sa porte et se coucha.
Elle ne pouvait dormir, l'oreille tendue aux lamentations du ventsous sa porte et dans les solitudes.
L'oiseau ne parut point.
Au premier coup de l'angélus, elle se leva. Deux ailes claquèrent aux vitres de la fenêtre. Elle sortit. Un éclair de joie traversa ses yeux. La pie était prise. La vieille s'en saisit et l'emporta dans son logis.
Elle la tenait entre ses doigts griffus, se demandant quel supplice elle allait lui infliger.
Ferait-elle de sa tête une pelote d'épingles ? Lui couperait-elle pattes et bec ? La brûlerait-elle à petit feu ?
Un diabolique sourire détendit ses lèvres pincées. Elle avait une idée.
ELLe ouvrit son coffre, y jeta la pie et, laissant retomber le couvercle comme la pierre d'un tombeau, elle prononça cette phrase :
"- Tu mourras de faim !"
Trois jours après, les voisines, ne voyant plus la vieille, se hasardèrent jusqu'à son logis. La porte était entrouverte. Craintives, elles entrèrent.
La mère Pinguet, étendue sur sa couche, venait de rendre le dernier soupir.
Comme les voisines cherchaient un drap pour l'ensevelir, elles ouvrirent le coffre et y trouvèrent le cadavre tout chaud de la pie.


30/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres